L’Homme : Immortel ? Un point de vue sur la table-ronde

par Delia Steinmann

Ossanbabdus, nequer, potarinum, quipsa, milus1

Novembre 2015, Université Populaire de Grenoble. Un professeur neuro-oncologue et un philosophe2 s’entretiennent sur un thème d’actualité : L’homme : Immortel ?
Le médecin soutient qu’augmenter l’homme, l’améliorer, le soumettre à la science dans de buts étrangers à la thérapeutique est un manquement au d’abord, ne pas nuire constitutif de l’éthique.
Le philosophe pose la condition de mortel comme le point à partir duquel chaque vie, faute de s’expliquer, s’interprète : le sens supplée à l’absence de fondement de l’existence.
Ils sont d’accord : le dit post-humanisme abolit l’humain en tant que tel.
Une personne du public se manifeste par gestes. Une interprète en langue des signes française lui prête sa voix : Des futures mères sourdes sont soumises à des tests de prédiction de la surdité des enfants qu’elles portent. Ou encore, dès la naissance, on annonce, sans s’encombrer des semblants, que le nouveau-né est sourd. Une opération est alors proposée : l’implant cochléaire. Pas de temps pour faire connaissance avec le bébé, ou pour l’imaginer autre que dans les rêves précédant sa venue au monde. L’impératif de normalisation ruine la construction du lien et précipite les parents dans les ténèbres de l’anormalité.
Ce témoignage enseigne que, si le corps parlant est corrélatif de l’avènement du sujet là où c’était, l’avènement du dire indexe la singularité sans exiger de comprendre pourquoi votre fille est muette3.

1. Molière, Le Médecin malgré lui, in : Œuvres complètes, La Pléiade, avril 2010, page 752.
2. Professeur François Berger et Monsieur Agustin Casalia.
3. Jacques Lacan, Introduction au commentaire de Jean Hyppolite, in : Écrits, Seuil, 1966, page 377, en référence aux dires du personnage de la comédie de Molière.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *