L’Homme : Immortel ? Introduction à la table-ronde

par Laurent Dartigues

Il va être question ce soir de transhumanisme, ce « mouvement » encore très peu visible en France. C’est tout à la fois une idéologie, des institutions, des financements, des intérêts économiques, des entreprises, essentiellement américaines, coréennes ou japonaises. Le phénomène a beau être récent, relayé par les médias et amplifié par l’internet, il se construit une audience déjà impressionnante, aidé en cela aussi par des coups de pub tels ce candidat américain transhumaniste aux présidentielles se déplaçant dans son bus-cercueil de l’immortalité. Plus sérieusement, il s’adosse à une Association mondiale créée en 1998 qui porte dorénavant le nom de H+ ; à une Université de la singularité fondée en 2008, financée par la NASA, Nokia et surtout Google qui « prête » sa puissance de feu à cette hasardeuse aventure – ainsi que, dirais-je, son « G », celui que l’on trouve dans le fameux acronyme « GAFA », car peut-être s’exhibe là en effet le point de jouissance des fondateurs de Google. Le transhumanisme dispose aussi de sa « Bible » – Humanité 2.0. La bible du changement – comme le proclame – avec peut-être beaucoup de justesse à défaut d’exactitude – la traduction française du livre fondateur écrit par le « gourou » du transhumanisme Ray Kurzweil : The Singularity is near. When Humans Transcend Biology (2005). Et même de son premier grand film ouvertement transhumaniste, Chappie (2015), réalisé par Neill Blomkamp, bien plus connu que Automata (2014), réalisé par Gabriel Ibáñez1.

Il s’agit d’éviter le piège de l’opposition entre d’un côté une technophilie béate, de l’autre, un rejet de la technique au nom de l’aliénation qu’elle supporte2. Il convient plutôt d’interroger, de penser le H+ du côté des symptômes et donc de la signification des mots d’ordre du transhumanisme qui vont bien au-delà du seul « guérir de la mort » puisqu’il envisage également le vieillissement comme une pathologie, la sexualité comme synonyme de mort, la langue comme un obstacle à la communication entre les humains. Le transhumanisme donc du côté des symptômes et non de ses fantaisies. Parce que là qui peut en douter ? Le transhumanisme ne promet-il pas en effet l’avènement d’un homme nouveau, fusionné avec des prothèses robotisées, maîtrisant les processus de la vie et dont les facultés cognitives sont augmentées ? Déformation de l’historien qui a tendance à voir plus aisément les continuités que les nouveautés, je dirais : vieille lune ! Sans remonter aux calendes grecques, l’eugénisme à la fin du XIXe siècle cherchait à utiliser la biologie et la théorie darwinienne afin de perfectionner les humains et ainsi le hisser au niveau des machines industrielles comme le préconisait Francis Galton. Mais il y a aussi des différences. Plus qu’un homme nouveau, le transhumanisme annonce l’obsolescence de l’homme et de fait un nouveau pas évolutif en produisant une nouvelle espèce. Celle-ci serait incarnée par Kevin Warwick qui vise à devenir un cyborg immortel en se faisant implanter de multiples puces RFID dans le corps afin d’accomplir la fusion entre l’humain et le robot et fonder une « entité » augmentée. Notons qu’il s’agit par là aussi de se passer de la langue – source de tous les malheurs de l’espèce humaine pour le transhumanisme – au profit d’une communication directe et télépathique entre des « cerveaux » appareillés.

Il convient de ne pas se laisser sidérer, d’aller voir de plus près ces machines et leurs algorithmes, remarquer qu’elles demeurent avant tout des automatismes doués d’un langage-code – ce que les humains ne sont pas, doués de langage, il faut qu’ils l’apprennent – et qu’il y a donc loin de la coupe aux lèvres en ce qui concerne l’intelligence artificielle qui par ailleurs se décline en une multitude d’objets.
Il convient de ne pas se laisser impressionner, il y a toujours une faille dans le désir d’immortalité – ou un talon vulnérable, Achille ne me contredira pas, lui qui par ailleurs disait qu’il valait mieux une vie brève et intense que longue et monotone, ce que Woody Allen confirme quand il note que l’éternité, c’est long, surtout vers la fin3 – qui renvoie probablement à une vieille peur de la mort en Occident, mais aussi vraisemblablement à une difficulté existentielle moderne de supporter la contingence, la limite, l’impuissance, la finitude à l’ère des technologies si puissantes dans le domaine médical notamment. Et de rappeler que de cette fragilité, de cette douleur de vivre, l’humanité a su faire de si belles choses, et je pense à l’art en particulier.
Il convient de ne pas se faire peur inutilement quand on lit la prose du « transhumaniste » Bruce Benderson : “ Les gens qui (…) n’évolueront pas dans le même sens (…) deviendront l’espèce inférieure incapable de survivre ou ne pouvant survivre que pour servir d’esclaves ou de viande pour les autres (comme les vaches aujourd’hui) ”. Et lui rétorquer qu’il faut singulièrement méconnaître l’intelligence et la beauté de la vache pour imaginer que ce soit une malédiction !

1. Et si l’on excepte bien sûr les films d’animation japonais à propos de cyborgs, notamment le fameux Ghost in the Shell, réalisé en 1995 et dont justement un remake américain avec Scarlett Johansson doit sortir sur les écrans en 2017. Surtout, si l’on excepte Blade Runner, sorti en 1982, inspiré d’un roman de Philipp K. Dick, Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?, et dont une suite est annoncée pour 2016.
2. Le préhistorien Leroi-Gourhan a bien montré que la technique – ce qu’il appelle le geste et la parole – est constitutive de l’hominisation, c’est-à-dire que l’homme et la technique sont en coévolution.
3. Je crois cependant que Woody Allen n’est pas l’auteur de cette phrase : Trempons un transhumaniste 15 minutes dans l’eau : que devient-il ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *