Tétras voles-tu ? Loup où es-tu ? Biodiversité et sociétés de montagne

Nous avions commencé la saison avec Michèle Riot-Sarcey nous présentant son travail d’historienne soucieuse d’exhumer les possibles ouverts au cours de ce long XIXe siècle par les révolutions sociales pour instaurer la démocratie au niveau de l’atelier industriel et faire vivre concrètement les idées de liberté collective et d’égalité. Ces expériences ouvrières minoritaires et utopiques furent ensevelies par la férocité de la « force des choses » et les promptes plumes qui ont réécrit l’histoire dans un sens libéral tout différent.
Nous la clôturons ce soir avec Estelle Lauer et Bruno Caraguel. Il sera question de tétras-lyre et de loup, de biodiversité et de territoire, de politique et d’intelligence collective, de possibles et de puissance d’agir. D’une certaine manière et sur des objets très différents, la boucle est bouclée !

© Photo G.A

Une émission de France inter, en 2018, faisait cas de l’augmentation très importante de la population de loups, en France, d’une année sur l’autre. Un professeur du Muséum d’histoire naturelle était invité pour l’occasion.

Sommé par le journaliste d’expliquer cette démographie du loup, à bien des égards étonnante, il ne questionna point ce chiffre. Il se réjouit que la France offre des conditions naturelles favorables pour le loup qui donc s’y sent bien. Il se réjouit aussi de ce que cela dit de la biodiversité : il n’y a pas de fatalité, certes tant de « choses » baissent, mais là, ça augmente. Un message d’espoir.

Il y a pour moi un double effet de surprise, entendre un scientifique qui, d’une part, délaisse le problème de la manière dont ce chiffre est construit, et qui, d’autre part, au fond résume le « loup » – et je mets des guillemets – à une mathématique, le ramène à un concept abstrait de biodiversité. Comme si le « loup » vivait dans le ciel des idées, vivait hors sol, dans un espace fluide. Or il vit dans un territoire où des gens vivent, que des gens traversent, entretiennent, observent, investissent de leur imaginaire. Bref, le loup vit dans un espace socialement organisé, dans un espace politique, avec ses institutions, ses rapports de force, ses conflits, son histoire longue. Rien de fluide là-dedans, mais des coexistences, des frictions à aménager.

La soirée qui vous est proposée est née de cette double surprise, avec l’idée de vous faire faire un voyage dans une contrée un peu plus complexe que celle dessinée par ce professeur du Muséum, une contrée peuplée de vivants humains et non humains, dans ces montagnes dont l’altitude n’en fait pas des hors-mondes éthérés, dans ces lieux qui, sur le thème que l’Université populaire de Grenoble vous propose ce soir, mettent en tension notre propre sentiment démocratique et donc aussi les émotions qui le structurent.

Pour le dire autrement, il s’agit de faire retour au politique, en ce sens où, en suivant la piste du loup mais aussi en contre-point le tétras-lyre, on peut voir la mise en jeu de la question des manières d’arbitrer le destin collectif des sociétés montagnardes. En suivant ces deux animaux, on peut montrer les enjeux de la délibération, du conflit, de la décision pour le « vivre ensemble » comme on dit aujourd’hui avec des connotations d’harmonie ou de symbiose que je trouve pour ma part suspectes. En mettant nos pas dans leurs traces, on peut montrer les enjeux proprement démocratiques quand il s’agit de conjuguer le long terme, l’intelligence collective, l’ouverture des possibles.

Une poule de tétras © Jacques Blanc – PN du Mercantour

Le cas du tétras-lyre est à cet égard emblématique et c’est la raison de sa « présence ». D’une situation de conflit ou tout au moins d’incompatibilité des pratiques pastorales et cynégétiques en Belledonne, la possibilité de nommer les différences et de poser en commun « comment peut-on faire pour… », sans préjuger des solutions, a permis petit à petit de surmonter des préjugés réciproques, de faire travailler la conflictualité, de s’enseigner les uns des autres et de faire des pas de côté. Bref, a ouvert le champ des possibles, avec ses effets politiques inhérents : des groupes sociaux se dotent d’une puissance d’agir, à une échelle locale pertinente, développent des ressources intellectuelles susceptibles de s’actualiser dans d’autres situations. Il convient ici de noter l’importance de la longue durée, le « gouvernement des hommes » a en effet pour composante essentielle le temps long de la démocratie, là où l’« administration des choses » sous tutelle des experts contracte ce temps sous la presse autoritaire. Toutefois, ne passons pas sous silence que le tétras-lyre est toujours objet potentiel de conflit avec certains naturalistes ou institutions naturalistes : le temps long de la démocratie n’est jamais fermé !

© Jacques Blanc – PN du Mercantour

Qu’en est-il du loup ? Son statut juridique est très différent du coq de bruyère et la focalisation sur le nombre de loups au détriment par exemple des formes d’élevage renvoie évidemment aux engagements communautaires de la France vis-à-vis d’une espèce strictement protégée par la Convention de Berne. Son statut symbolique, s’il n’est pas plus « riche » que celui du Tétras-Lyre (voir le cas de l’Autriche), est certainement plus « universel », je n’y reviens pas, mais surtout est noué à des affects de peur, d’angoisse, de menace, de sauvage. Il lui est à ce titre plus difficile de faire « patrimoine commun » pour un territoire qui s’accorderait unanimement pour dire : le loup, c’est bien pour nous !
Parce qu’il n’y a pas que du symbolique et ce que je tiens à souligner, c’est que le loup est doté d’un très solide appétit carné, et il se trouve d’ailleurs qu’il dévore bien plus que ce qu’on imaginait. En fait, bien avant l’invention du sportif de haut niveau, le loup a adopté un régime à haute teneur protéique. Il n’est du reste pas qu’un athlète à la pointe de la nutrition de la performance sportive, il est aussi un consommateur capitaliste… en ce sens où il gaspille la nourriture. Ce qui fait du loup pleinement un objet du monde actuel, il est assurément un moderne. Au vu de ces deux caractéristiques lupines, avouons que l’antispécisme aurait quelque raison à faire valoir pour défendre sa position théorique. Bref, par rapport au tétras-lyre, la présence du loup implique des « nuisances » bien réelles quand il faut par exemple récupérer des carcasses éventrées sur une place de village, fermer des pistes de neige ensanglantées, regrouper des brebis attaquées dans le brouillard.

Depuis sa « soudaine apparition » en 1998 en Belledonne, le « loup » apparaît comme une question paradoxalement dépolitisée dans le sens où sa « gestion » – et ce mot du management n’est pas anecdotique – relèverait d’une approche purement contractualiste. Absence de débats ou dialogue de sourds (c’est la même chose), des habitants de la montagne victimisés ou subventionnés (c’est la même chose), des solutions toutes faites imposées de manière verticale, légitimées par une science forcément incertaine et bâtie en tout cas sur la délégitimation de savoirs vernaculaires ou « locaux » selon un grand partage institué au XIXe siècle : la science ne sera pas délibérative, elle s’institue en se coupant des savoirs populaires.
Au bout, en contraste avec la politisation du tétras-lyre, une approche qui rime avec la fermeture du champ des possibles. Et l’émergence forcément de « solutions » hâtives, il faut l’éradiquer dit l’un, quand l’autre assène qu’entre le loup et l’homme, il choisit le loup ; ou de solutions « pour tous », valables en toute situation : l’administration parle chiens, parcs de nuit, caméras à infra-rouge, etc. avec son corollaire autoritaire : c’est ça ou pas de subventions.

La bêtise n’est toutefois pas une fatalité. Un début de dialogue se dessine à une échelle locale, dans le Haut-Vénéon par exemple, une nouvelle cartographie s’ébauche et se fait reconnaître, des alliances se nouent sur des bases insoupçonnées (rapport au territoire et rapport à la mort), des modalités de rencontre inédites entre les acteurs voient le jour. Autrement dit, des bouts de processus à venir qui repolitisent la question, élaborent une langue, augmentent l’intelligence pratique et collective ou permettent l’analyse commune des enjeux. C’est peut-être ainsi que le loup deviendra un « animal politique », qu’il pourra ainsi faire son entrée dans un espace démocratique local à créer et devenir un « objet un peu commun », un vivant qui traverse des pratiques humaines diverses.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.